You are currently browsing the tag archive for the ‘limparfaite’ tag.

Au Passage du Désir: Dans la boutique, 23 rue Sainte Croix de la Bretonnerie ou sur le site Internet, www.passagedudésir.fr

A la librairie La Hune: 50 exemplaires de l’Imparfaite sont dès maintenant disponibles
170, bd St-Germain, à deux pas du métro Saint-Germain des Prés. ­75006 Paris – T. 01 45 48 35 85

photo3

Au Bouclard: 15, rue Charlot, le Marais, IIIème arrondissement de Paris
20 exemplaires sont disponibles

A la librairie des Sciences politiques: 30 rue Saint-Guillaume Paris 7ème.

10 exemplaires sont disponibles

A la librairie du Merle Moqueur, métro Alexandre Dumas.

5 exemplaires sont disponibles

Note: Cette liste n’est pas définitive, elle sera mise à jour au fur et à mesure.

Advertisements

Image 9

L’Imparfaite se concentrera sur trois axes : informer, analyser et titiller.

Informer sur l’impact réel ou supposé de phénomènes tels que la mondialisation,ou l’explosion des technologies de l’information sur les pratiques sexuelles. Et dans le même temps, rendre compte de la permanence de pratiques, symboles et représentations traditionnels de la sexualité. Lorsque cela s’y prêtre utiliser le réseau des étudiants actuellement à l’étranger pour permettre une comparaison internationale.

Analyser le rôle de la pornographie dans nos sociétés et l’émergence d’une pornographie alternative telle que celle de Tonny Comstock. Tenter de faire sens des critiques féministes radicales comme celles de Judith Butler. S’interroger sur l’influence de l’épidémie de Sida sur notre appréhension du sexe. Et voir si nous n’assistons pas à un triomphe de la clinique et du pathologique dont Foucault avait exposé la généalogie dans son Histoire de la sexualité. Faire sens des mécanismes, de la signification et de la portée de l’endogamie au sein de Sciences Po, et redonner du grain à moudre à la critique Bourdieusienne de la reproduction des élites.

Titiller car la sexualité, avant d’être un objet d’étude que dissèquent les psychanalystes, les sociologues et les philosophes, demeure un plaisir. Pour ne pas perdre de vue cette évidence, pourtant si facile à oublier, des nouvelles érotiques, des chansons paillardes, des quizz coquins, des poèmes licencieux et des photographies osées ne seront pas de trop. Tout ceci sans tartufferie et avec beaucoup de sérieux et d’humour.

Crédits Photo : Damien Bright, un des fondateurs de L’Imparfaite

Il n’est pas étonnant que des projets du même ordre aient vu le jour dans les universités les plus prestigieuses du monde. Boston University, Harvard, The University of Chicago, Vassar et Yale publient des magazines érotiques pour certains depuis dix ans. Ces succès sont une marque supplémentaire du dynamisme de ces écoles et mettent en exergue la maturité, la créativité et l’ouverture d’esprit de leurs élèves, comme le signale un article du New York Times. Il n’y a aucune raison pour que les étudiants de SciencesPo ne parviennent pas à montrer les mêmes qualités dans la réalisation de L’Imparfaite.

On se souvient qu’en France les élèves d’Henry IV ont publié en 2002 un dossier spécial sexe dans le journal lycéen, Ravaillac. Après une bataille juridique entre l’administration et les étudiants, le tribunal a annulé l’interdiction du journal et la presse a salué le courage des étudiants. Plus récemment, et au sein même de Sciences Po, l’association sportive a publié en 2005 un calendrier érotique représentant les membres de l’équipe féminine de rugby de l’école.

En définitive la publication de L’Imparfaite ne devrait poser aucun problème d’ordre juridique ou moral puisque des revues du même ordre ont déjà vu le jour à l’étranger et en France.

RSS L’Imparfaite aime…

  • An error has occurred; the feed is probably down. Try again later.